Le stress oxydatif ne doit pas être confondu avec le stress psychique que nous connaissons tous.

Il résulte d’un déséquilibre entre nos systèmes de défense antioxydants et une production excessive de radicaux libres.

Ce déséquilibre peut être dû à un déficit nutritionnel en antioxydants, à une surproduction endogène d’origine inflammatoire ou à une exposition environnementale à des facteurs pro oxydants comme les perturbateurs endocriniens.

metabolium -stress oxydatif-perturbateurs endocriniens

L’organisme produit en permanence des formes utiles aux cellules qu’on appelle des Espèces Oxygénées Activées (EOA ou radicaux libres). Ceux-ci ont des rôles physiologiques bénéfique ou toxique selon leur concentration. En trop grande quantité, ils vont avoir des effets catastrophiques. Pour se protéger, l’organisme dispose d’un ensemble de défenses antioxydantes apportées soit par la consommation de fruits et légumes qui devraient être riches en Vitamines C et E, en caroténoïdes, protéines et oligoéléments, etc, soit par l’activation d’enzymes intracellulaires (SOD, GPX, Catalase).

Encore faudrait-il que l’alimentation soit riche de ces éléments…
Par ailleurs l’organisme est soumis à des conditions climatiques et environnementales catastrophiques (pollution, particules fines, métaux lourds, substances cancérogènes, rayons UV, champs électriques, radiations, etc), à un mode de vie moderne déséquilibré (tabac, alcool, médicaments de synthèse, surpoids, exercice intense ou absent) et aussi à certaines habitudes alimentaires déséquilibrées (aliments transformés, macronutriments énergétiques, produits alimentaires industriels, additifs chimiques dangereux, etc).

L’accumulation de radicaux libres dans l’organisme provoquée par les perturbateurs endocriniens, ainsi que l’affaiblissement des défenses antioxydantes liées à une alimentation déséquilibrée, concourent au vieillissement des tissus et des organes et favorisent des pathologies graves et irréversibles.

De nombreuses études placent le stress oxydatif au centre du processus de vieillissement cellulaire et de son accélération, à la destruction de protéines, de lipides et finalement de l’ADN des cellules. Les dommages causés à la fois par les radicaux libres et les carences nutritionnelles deviennent évidents lors du vieillissement.

metabolium -antioxydants endogènes -antioxydants exogènes

Pour maintenir les équilibres cellulaires et protéger les cellules du stress oxydatif, il existe plusieurs niveaux de défense antioxydantes :

  • Un système non enzymatique composé de différentes vitamines, caroténoïdes, Glutathion, etc… Le problème est qu’une surdose de ces molécules a pour effet d’éradiquer l’ensemble des radicaux libres y compris ceux qui sont utiles au maintien des parois de cellules…
  • Un système enzymatique composé de la Super Oxyde Dismutase (SOD), de la Catalase, des Glutathion Peroxydase (GPX) ou Réductase ou encore la Thiorédoxine Réductase. Ces enzymes s’expriment par leurs gènes respectifs lorsqu’ils sont activés. Ce niveau de défense présente l’avantage de réguler ou maintenir l’oxydation à un niveau qui ne porte pas préjudice à la cellule.

La combinaison unique de microalgues et de sélénium de nos compléments alimentaires active les gènes concernés et déclenche les défenses enzymatiques pour réguler le stress oxydatif.