Commençons par la définition de l’INSERM (Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale) : « un perturbateur endocrinien est une substance chimique qui altère la/les fonction(s) du système endocrinien et, par voie de conséquence, cause un effet délétère sur la santé d’un individu, sa descendance ou des sous-populations »

metabolium -thyroïde- perturbateurs endocriniens-

Le système endocrinien est un système composé de glandes qui secrètent des hormones directement dans le sang pour qu’elles soient distribués dans tout l’organisme. Les principales glandes sont l’hypophyse, l’hypothalamus, la thyroïde, la parathyroïde, les gonades (ovaires et testicules), le thymus, le pancréas et les glandes surrénales.

Ce système hormonal complexe régule de nombreux comportements et mécanismes de notre corps comme l’identité sexuelle, la croissance et la puberté, la température corporelle, le métabolisme des graisses, la faim ou la satiété, le sommeil, la libido, le niveau d’insuline, le rythme cardiaque, etc.

C’est un véritable chef d’orchestre de notre organisme mais qui peut se dérégler lorsqu’il est agressé et causer de sérieux problèmes de santé.

Ces perturbateurs endocriniens sont présents dans la nature, l’air, l’eau, notre alimentation et de nombreux produits industriels d’utilisation courante. Leurs noms ne vous sont pas étrangers comme les phtalates, les parabènes, les bisphénols, les métaux lourds, les PCB, les pesticides et bien d’autres.

Ils peuvent dérégler notre système hormonal de plusieurs façons :

    • En perturbant la production ou la régulation des hormones ou de leurs récepteurs. Certains sont ainsi suspectés d’interférer avec la synthèse d’hormones thyroïdiennes ce qui pourrait expliquer « l’épidémie » actuelle de troubles thyroïdiens.
    • En mimant l’action des hormones naturelles. Certains peuvent reproduire l’action des œstrogènes, l’hormone sexuelle féminine, ce qui pourrait expliquer l’apparition de puberté précoce chez les jeunes filles ou la féminisation des poissons d’eau douce.
    • En bloquant les récepteurs hormonaux ce qui empêche l’action des hormones et entraînerait des problèmes d’infertilité.

De nombreuses études scientifiques ont établi depuis les années 1970 les liens directs entre ces perturbateurs endocriniens, le stress oxydatif qu’ils provoquent dans nos cellules et les pathologies résultant de carences nutritionnelles.

C’est pour faire face à cette problématique que nous avons créé une gamme de compléments alimentaires innovants qui apportent les vitamines et minéraux nécessaires à la protection cellulaire et au bon fonctionnement de notre organisme.